3 questions sur le programme NED (Numérique en détention) du Ministère de la Justice.

Publié le : mercredi 25 novembre 2020

En lien avec le webinaire #transfodroit au cours duquel la DILA et le Ministère de la Justice partagent leur expérience de transformation par les pratiques numériques, Johann Perroux, directeur du programme NED (Numérique en détention), répond à quelques questions sur le programme NED.

Un mot sur vous : la mission de votre service, votre rôle, les institutions avec lesquelles vous interagissez au quotidien.

"Aujourd’hui en charge du programme numérique en détention, mon rôle est d’aider les agents sur le terrain au travers du numérique pour améliorer le quotidien de chacun."

A qui s’adresse le Numérique en détention, et que va leur apporter la dématérialisation de ce service ?

"Le numérique en détention s’adresse aux agents pénitentiaires mais aussi au grand public ainsi qu’aux détenus.

Le NED propose de dématérialiser des actes de la vie courante à travers un portail détenus (module pédagogique numérique, commande à la boutique interne et requêtes dématérialisées, pages d’information), un portail grand public destiné aux proches (réservation des parloirs, pages d’information) et un portail agents (administration et contrôle du NED). Le portail détenu sera accessible en salle d’activité et en cellule, grâce à un terminal ad hoc."

Quelles sont les prochaines étapes du NED ?

"Suite à l’expérimentation du portail grand public, le déploiement continue pour se finaliser au premier semestre 2021.

Les portails détenus et agents seront expérimentés au cours de l’année 2021 avant une possible généralisation

Les premiers mois de 2020 ont été riches d’enseignements et de réflexion, qui marqueront sans doute notre vie professionnelle. De ce point de vue, quelle nouvelle pratique ou nouvelle perspective pouvez-vous partager avec nous ?
Nous avons l’opportunité durant cette crise d’apporter encore plus au terrain et nous avons l’avantage de pouvoir travailler à distance. C’est dans ce contexte que nous avons avancé le déploiement du portail grand public pour permettre à ces derniers de prendre des rendez-vous parloir directement depuis chez eux sur internet soulageant aussi les équipes des établissements pénitentiaire."