Avocats et Juristes face au Futur : l’enquête Wolters Kluwer France détaille les facteurs de la performance perçus par les professionnels.

Publié le : lundi 15 juin 2020

Wolters Kluwer a mené une étude indépendante - l’enquête Wolters Kluwer 2020 "Avocats et juristes face au futur" - pour évaluer la préparation au futur et la résilience du secteur juridique. L’enquête comprend les points de vue de 700 professionnels du droit aux États-Unis et dans neuf pays européens (dont la France). Elle examine les tendances actuelles de l’ensemble du secteur et la façon dont les acteurs juridiques sont plus ou moins bien préparés pour améliorer leurs performances.

Les avocats s’attendent à la montée en charge d’une série de tendances qui devraient avoir un impact sur leurs organisations au cours des trois prochaines années. La technologie est en tête de liste de leurs réponses.

Les cinq principales tendances qui devraient avoir le plus d’impact selon eux, sont les suivantes :
- Importance croissante de la technologie juridique - 76%
- Répondre aux évolutions des attentes des clients et des dirigeants - 74%
- Accent mis sur l’amélioration de l’efficacité / de la productivité - 73%
- Capacité à acquérir et à conserver des talents - 73%
- Faire face à l’augmentation du volume et de la complexité des informations - 72%.

Si l’on examine l’ensemble de ces tendances, on constate un écart important entre leur importance et la volonté de les aborder. Moins d’un tiers des personnes interrogées ont déclaré être tout à fait prêtes à s’attaquer à l’une d’entre elles. En fait, alors que l’importance croissante de la technologie juridique est la tendance principale (76 %), seuls 28 % des répondants ont déclaré être tout-à-fait préparés à y faire face.

Pourquoi les acteurs juridiques semblent-ils si peu préparés ? Les personnes interrogées ont indiqué que la difficulté de la gestion du changement et la résistance des dirigeants au changement constituent le principal obstacle à la mise en œuvre du changement, tant pour les services juridiques des entreprises (65 %) que pour les cabinets d’avocats (53 %).

Relations clients/cabinets

Dans l’ensemble, cette ’enquête "Avocats et juristes face au futur", a mis en évidence des écarts importants entre les attentes des services juridiques des entreprises et la capacité des cabinets d’avocats à y répondre. Par exemple, 79 % des juristes d’entreprise ont déclaré qu’il est important pour eux que les cabinets d’avocats avec lesquels ils travaillent fassent preuve d’efficacité et de productivité, alors que seulement 28 % ont déclaré que cela décrit très bien leur cabinet actuel. Des décalages qui sont apparus dans plusieurs domaines de l’enquête et qui peuvent avoir un impact sur le niveau de satisfaction des clients : seulement 26% des juristes d’entreprise se déclarent très satisfaits de leur cabinet actuel.

82% des juristes d’entreprise ont déclaré qu’il était important que les cabinets d’avocats avec lesquels ils travaillent tirent parti de la technologie. Les résultats de l’enquête montrent clairement que, de plus en plus, l’utilisation de la technologie est essentielle pour que les cabinets répondent aux attentes des clients. Les services juridiques des entreprises, confrontés à la nécessité d’améliorer leur productivité et leur efficacité, se sont tournés vers la technologie de manière plus agressive et font pression sur les cabinets d’avocats pour qu’ils fassent de même.
Au cours des trois prochaines années, 81% des départements juridiques des entreprises ont déclaré qu’ils demanderont aux cabinets d’avocats avec lesquels ils envisagent de travailler de décrire comment ils utilisent la technologie pour être plus productifs et efficaces - soit près du double des 41% qui posent cette question aujourd’hui.

L’évolution des services juridiques des entreprises

En ce qui concerne les tendances propres aux services juridiques des entreprises, les répondants ont déclaré que leurs principales priorités au cours des trois prochaines années seront de réduire/contrôler les coûts juridiques externes ; améliorer les opérations juridiques et la gestion des projets juridiques ; et apporter une valeur stratégique.

Tout cela, mais aussi les craintes et doutes, les moyens de monter en compétence et de s’associer, ou les partenariats public/privés, seront au coeur des enjeux des RDV Transformations du Droit en novembre au Palais des Congrès.

« Etant donnée la tension créée par la crise, les professionnels du droit seront de plus en plus jugés sur leurs performances, et devront accroître la productivité tout en offrant la meilleure valeur et le meilleur retour sur investissement à leurs clients », commente Martin O’Malley, Vice President et Managing Director de la Division Legal & Regulatory de Wolters Kluwer.

« Si l’investissement technologique passe cette année en première priorité pour les cabinets d’avocats et les directions juridiques, l’étude fait aussi ressortir des améliorations nécessaires en termes de culture technologique, de gestion du changement et de relation client. Un programme chargé pour les mois à venir alors que le confinement a tout à coup démontré à de nombreux dirigeants que le télétravail pouvait être très efficace quand les processus sont digitalisés », complète Isabelle Bussel, Directrice Générale du Pôle Droit & Réglementation de Wolters Kluwer France.

En recherchant les facteurs de performance, l’étude a révélé un certain nombre de lacunes dans la compréhension, les attentes, les priorités et les capacités, à la fois au sein des cabinets d’avocats et des services juridiques des entreprises, et entre eux.

Le Salon 2020 vient à point nommé.

Les résultats complets de l’enquête "Avocats et juristes face au futur" : Facteurs de performance, sont disponibles ici dans ce rapport, qui comprend également des points de vue d’experts du secteur juridique sur la COVID-19 et son impact sur le secteur juridique.