L’IA, pour prendre de meilleures décisions.

Publié le : mardi 2 novembre 2021

La crise sanitaire a été un accélérateur de la digitalisation de beaucoup de professions. Le développement du télétravail depuis plus d’un an a incité les professionnels à s’équiper d’outils pour assurer la continuité de leur activité. Cette accélération de la transformation digitale, qui touche l’ensemble des acteurs économiques, est une réalité concrète, dont il faut se saisir pour repenser les processus de travail traditionnels. Les métiers du droit loin de l’image parfois traditionnelle qu’on leur prête, sont aux avant-postes de nombreuses innovations technologiques. En complément d’outils de productivité compatibles avec le télétravail, le monde du droit investit en effet de plus en plus dans les solutions d’aide à la décision reposant fortement sur de l’intelligence artificielle.

Information proposée par LexisNexis, TopSponsor des RDV Transformations du Droit.

Hier, aujourd’hui et demain, un enjeu essentiel de l’activité juridique demeure : accéder à la bonne information, en vue de prendre de bonnes décisions. La parfaite connaissance des règles de droit est indispensable à la construction du raisonnement juridique. Ce prérequis est devenu un problème de plus en plus critique dans un contexte d’inflation normative (lois, règlements, normes, etc.) et jurisprudentielle. Depuis des décennies maintenant, les technologies de l’information sont employées pour faire face à cette abondance : depuis les bases de données de jurisprudence au début des années 1970 (JurisData) jusqu’à l’emploi de la sémantique (pour la première fois en 2011), du traitement du langage naturel ou d’algorithmes apprenants (machine learning), de nos jours. Loin des craintes parfois entendues, la technologie ne remplace pas les professionnels du droit, mais leur donne de nouveaux outils pour aller plus vite, sécuriser leurs raisonnements, développer leur activité et au final aider les professionnels à prendre de meilleures décisions. A la fois plus rapide, plus riche et plus sûr, le raisonnement juridique n’a pas perdu en subtilité et les professionnels du droit, libérés des tâches les plus chronophages, peuvent se consacrer aux sujets sur lesquels leur valeur ajoutée est la plus grande.

Une analyse de Philippe Carillon,
CEO LexisNexis Europe Middle East and Africa

L’intelligence artificielle appliquée aux métiers du droit permet en effet d’automatiser certaines tâches répétitives, de mettre en place une veille juridique, d’analyser des contenus, d’identifier ou d’extraire rapidement des raisonnements, des dates, des montants, ou encore d’identifier des décisions allant dans le même sens. C’est là que l’intelligence artificielle apporte toute sa valeur : en permettant un traitement optimisé des informations, plus rapide et complet que ne le peut l’humain, elle augmente les capacités de recherche, de définition d’une stratégie ou de prise de décision.

L’IA offre ainsi de nombreuses opportunités pour le développement des acteurs de la LegalTech. LexisNexis, leader de l’information juridique numérique, avec sa plateforme Lexis 360 intelligence et ses logiciels métiers SaaS comme Lexis Poly, mesure bien cette accélération de l’innovation. L’entreprise accompagne au quotidien des professionnels du droit dans leur stratégie de décision, avec des outils qui leur sont dédiés, associant la plus grande base de documentation juridique à la puissance de l’analytics et de l’intelligence artificielle.

Cependant, l’innovation n’est pas que technologique, elle concerne tout autant les contenus : plus opérationnels, plus pratiques, où les sources du droit (législation, réglementation, jurisprudence) sont enrichies de commentaires, analyses et contenus pratiques qui constitue une doctrine juridique indispensable, pensée pour prendre des décisions.

Notre ambition est de promouvoir une intelligence juridique qui associe l’humain et la technologie de façon vertueuse et responsable. Il faut, pour cela, travailler continuellement à comprendre les besoins des juristes, développer les cas d’usage pertinents, créer des données d’entrainement riches et de qualité, et défendre une éthique de la donnée et des algorithmes. Il faut également des compétences et capacités technologiques fortes, pour acquérir et traiter des flux de données toujours plus importants, qu’il s’agisse d’open data (par exemple, la jurisprudence) ou de données privées (par exemple les actes et contrats), et pour structurer l’information et en extraire de la data (« data mining »). Ainsi à titre d’exemple, la nouvelle génération de notre solution d’information et d’analytics juridiques, Lexis 360 intelligence, représente-t-elle plusieurs années de R&D et de co-construction intense avec plus de 1000 professionnels du droit.

Enfin, au niveau international, il est important de noter que l’innovation dans le droit notamment grâce à l’IA représente un facteur de rayonnement d’un système juridique et donc quelque part une source d’attractivité d’une région du monde ou d’un pays en particulier.

Philippe Carillon, CEO LexisNexis Europe Middle East and Africa